Les Fleurs en Egypte

Publié par Maéva Gautier le

Les Fleurs en Egypte

Contre toute attente , lorsqu'un visite se promène dans les rue Egyptienne, il se trouve être surpris par la profusion de marchand de Fleurs.

Et oui ! Si vous ne le saviez pas malgré les apparences l'Egypte n'est pas un environnement complétement aride , déposséder de plantes.

Au contraire la vallée du Nil se trouve être très luxuriante. De ce fait l'Egypte exporte de nombreuse variétés de Plante et bien sûr de Fleurs.

Les  Egyptiens sont , et cela depuis l'antiquité , de grands adeptes de fleurs.

 

 

Lotus Blanc

 

Autrefois, les pharons eux même remplissaient leur chariot de fleurs avant de partir en guerre. Quant aux paysans ils se paraît eux même de fleurs , ainsi que leurs animaux et les cerceuils de leurs morts.

Les Fleurs étaient aussi donnaient aux dieux , comme gage d'amour et de culte.

D'ancien myths révèlerait que les Egyptiens vénérés le Lotus via des fêtes ou il chanteraient pour rendre hommage à la fleur.

Les Cérémonies se déroulées de tels sorte: Chacun tenez un pot en argent en forme de Lotus . Ce pot avez une bougie allumez en son millieu. Chacun se dirigé ensuite vers le Nil , le pot à la main. Les Egyptiens faisaient un voeux et si la bougie continuait a flotter alors le rêve se réaliserait. De l'encens était parfois allumer sur les bords du Nil parfois à même le sol et parfois des portes encens était déposser sur les rives afin d'avoir l'attention des dieux pour qu'il remarque les offrandes. Si tu cherche des portes-encens fait à la main et de l'encens naturelle voila une superbe adresse. 

  

  • La place de la Fleur en Egypte 

Le Nil

  • Les Egyptiens des amoureux des Fleurs

 

L'Égypte ancienne a peut-être été le premier pays à reconnaître les plantes "nationales". Il s'agissait plus précisément du Lotus (nénuphar) et du Papyrus, qui symbolisaient respectivement la Haute et la Basse-Égypte. Cependant, pour les anciens Égyptiens, les fleurs étaient un aspect important de la vie quotidienne. Ils adoraient les compositions florales fraîches, mais ont également été l'une des premières civilisations, sinon la première, à les immortaliser sous forme de fleurs artificielles fabriquées à partir de matériaux durables. Jusqu'au début du Nouvel Empire, seules la fleur du nénuphar et la tête de papyrus semblent avoir joué un rôle de modèle pour les formes de rosettes. Rarement, le chrysanthème ou la camomille ont servi le même but. Faisant partie de la végétation naturelle de la vallée du Nil, ces plantes s'épanouissent sans aide et pouvaient être récoltées selon les besoins. Cependant, les Égyptiens ont également planté des nénuphars dans des bassins artificiels.

  • L'importance des Lotus


Il y avait en fait deux types de nénuphars qui poussaient dans le Nil, généralement dans ses branches peu profondes et dans les canaux. L'un était le lotus bleu (Nymphaea coerulea) et l'autre le lotus blanc (Nymphaea lotus). Outre la couleur, ces deux plantes se distinguent par plusieurs autres attributs. Le lotus bleu a des fleurs pointues et des feuilles flottantes aux bords lisses, tandis que le lotus blanc a des pétales arrondis et des feuilles aux bords dentés. Le lotus bleu a également un parfum plus intense. Bien que les Égyptiens aient différencié les deux variétés de nénuphars dans les représentations, jusqu'à présent, un seul terme égyptien a été identifié pour ces plantes.

 

Lotus Bleu



Les nénuphars s'ouvrent le matin et se referment le soir. C'est probablement la raison pour laquelle les anciens Égyptiens voyaient en eux une image de renaissance et de régénération, des concepts importants dans leur religion. Ainsi, les fleurs étaient utilisées pour symboliser le défunt lorsqu'il entrait dans le monde souterrain et aussi sa renaissance vers une nouvelle vie. Il faut également noter leur association avec le dieu soleil Rê. Les artistes anciens ont représenté le jeune soleil du matin, sous la forme du dieu Nefertem, émergeant d'une fleur de lotus. De plus, les Égyptiens croyaient que le parfum intense des fleurs indiquait la présence d'un dieu. Ainsi, dans de nombreuses scènes funéraires, le défunt est représenté avec une fleur de lotus tenue au nez afin de respirer le parfum divin. Lors des festivals, les femmes ornaient souvent leurs cheveux de fleurs de lotus et, à certaines occasions, les hommes en faisaient autant.

 

  • La symbolique du Papyrus

Les plantes delotus et de papyrus symbolisaient toutes deux les eaux primitives de Nun, à partir desquelles les Egyptiens croyaient que la vie avait commencé. Pendant la période pharaonique, le papyrus (cyperus papyrus) poussait dans des fourrés avec une faune considérable le long du Nil. Pour les Égyptiens, le papyrus est devenu le symbole de la fertilité et de la vie elle-même. C'est pourquoi le thème des tiges de papyrus avec leurs ombelles de fleurs balayées était la décoration végétale la plus utilisée dans l'architecture stylisée et dans de nombreux autres objets. Pendant l'Ancien Empire, les tiges de papyrus fraîches avec des têtes de fleurs faisaient partie des offrandes que le défunt emportait dans la tombe. Elles contribuaient à assurer la vie dans l'au-delà. Souvent, les tiges de papyrus étaient entrelacées avec des fleurs de lotus, et ces ensembles sont devenus les précurseurs des bouquets si souvent utilisés dans l'art du Nouvel Empire.

 

Papyrus


Dès les premiers temps, le papyrus a été le symbole de la Basse-Égypte, comme en témoigne son utilisation sur la palette de Narmer qui date du tout début de la période dynastique ou de la fin de la période prédynastique. Lorsqu'ils sont entrelacés avec l'emblème végétal de la Haute Égypte, le "lis du sud", les deux symbolisent l'unification des deux terres. L'original botanique de la plante méridionale n'a pas encore été retrouvé. Il est évident que l'une de ses utilisations les plus durables était celle de support d'écriture, mais elle avait beaucoup plus de signification que cela.

 

  • Les premières importations de Fleurs


Tout au long de la période pharaonique, les fleurs de papyrus et de lotus ont conservé leur position dominante en tant que plantes symboliques en Égypte. Cependant, pendant le Nouvel Empire, on sait, d'après les représentations, que les Égyptiens ont commencé à planter une série de fleurs nouvellement importées  dans les jardins de leurs maisons et de leurs temples.

Beaucoup de ces nouvelles plantes nécessitaient des soins intensifs, et surtout beaucoup d'eau. C'est pourquoi les peintures de jardins des tombes du Nouvel Empire représentent des fleurs en train d'être arrosées à l'aide d'un shaduf.

 

Bleuet

De telles scènes d'el-Amarna ornent non seulement les murs mais aussi les sols des bâtiments et nous renseignent sur les nouveaux types de fleurs. Nous voyons, par exemple, le bleuet (Centaurea depressa) et le pavot rouge (Papaver rhoeas), tous deux importés d'Asie mineure ou de la région palestinienne. Ces plantes ont été acceptées en Égypte, mais les plantes représentées dans le "jardin botanique" de Touthmôsis III dans le temple d'Amon à Karnak dans l'ancienne Thèbes (Louxor moderne) n'ont apparemment pas été aussi bien acceptées.

On y trouve des fleurs étrangères telles que l'arum (Arum italicum), l'aralie (Dracunculus vulgaris) et un type d'iris (peut-être Iris albicans). Cependant, elles n'apparaissent pas dans d'autres scènes de jardin, et n'ont peut-être jamais été importées en Égypte, représentant plutôt des spécimens collectés lors des expéditions du roi à l'étranger.

  • Le début des décorations Florales

 

  • Les colliers de Fleurs



Il est devenu à la mode, au cours de la XVIIIe dynastie, de porter de grands colliers de faïence, dont les pièces individuelles étaient généralement réalisées sous forme de fleurs, de feuilles ou de fruits. On peut y reconnaître les fleurs de bleuet, une sorte de camomille, le lotus blanc et bleu, les éléments de feuilles verts et les fruits jaunes. Des colliers du même type, mais réalisés avec des fleurs fraîches, sont mis en évidence lors du banquet des peintures de la tombe.

Décoration Fleurie

 

On peut y voir des servantes nouer les décorations florales autour du cou des invités. Le "Surveillant du jardin du Ramesseum", un individu du nom de Nedjemger qui a vécu à Thèbes sous la XIXe dynastie, est représenté dans sa tombe en train d'inspecter la fabrication de colliers floraux à partir de plantes fraîches. Ces colliers étaient probablement produits en masse et, bien que très rares, très peu de colliers de ce type ont survécu jusqu'à notre époque. Dans les ruines d'une maison à el-Amarna, un seul spécimen a été trouvé.

Au moins six autres colliers ont également été enterrés ensemble dans une fosse à l'extérieur de la tombe de Toutankhamon, avec quelques restes de son banquet funéraire et divers matériaux d'embaumement provenant de son enterrement. Trois de ces colliers ont également survécu. Bien que les représentations de ces colliers soient généralement trop schématiques pour fournir beaucoup d'informations, les restes de colliers réels nous permettent de voir comment ils ont été fabriqués.
Tu peux découvrir des colliers et bijoux égyptiens d'aujourd'hui. 

  • Processus de Fabrication des Colliers


Pour fabriquer les colliers, un morceau de papyrus a été découpé en forme de collier et celui-ci a servi de base. Il était garni de lin sur le bord de la gorge, ce qui permettait également de l'attacher autour du cou. Ensuite, à l'aide de fines bandes de feuilles de palmier, les différents morceaux de matière végétale étaient cousus sur le papyrus en rangées, les unes au-dessus des autres. Les feuilles vertes du persea (Mimusops laurifolia), de l'olivier (Olea europaea), du saule égyptien (Salix subserrata), du grenadier (Punica granatum) et probablement du céleri sauvage (Apium graveolens) ont toutes été utilisées, ainsi que les têtes ou pétales colorés du bleuet (Centaurea depressa), de l'amertume (Picris asplenioides), du lotus bleu (Nymphaea coerulea). Ces arrangements étaient ensuite ornés de baies rouges de la morelle de nuit indigène Withania (Withania somnifera) et de perles de faïence bleues en forme de disque.

 

  • La place du collier de Fleurs dans le Nouvel Empire 

Ornement de Fleur

 

La pratique consistant à fournir à la momie du défunt une guirlande de fleurs fraîches s'est développée au début du Nouvel Empire. Malheureusement, le collier floral trouvé sur la momie de Toutankhamon en est le seul exemple encore existant. Cependant, à partir de ce collier, on peut supposer que la méthode de fabrication et le matériel végétal incorporé dans le collier sont très similaires à ceux utilisés lors des banquets. Il reposait sur la partie de la poitrine du plus profond de ses trois cercueils.

Par ailleurs, les Égyptiens utilisaient également des guirlandes de momie spéciales, fabriquées en bandes plates et fixées au corps de la momie en demi-cercles concentriques. Ces guirlandes étaient fabriquées très simplement. Les feuilles vertes étaient pliées sur des bandes de feuilles de palmier et ensuite cousues ensemble avec de fines bandes de feuilles de palmier. Des pétales de fleurs colorées, ou la fleur entière sur de longues tiges, étaient ensuite insérées avec les feuilles. Ici aussi, on utilisait les mêmes types de fleurs que pour les colliers. Mais on peut aussi identifier quelques autres plantes dans les arrangements, notamment l'acacia indigène du Nil (Acacia nilotica), l'acacia blanc (Acacia albida), le sesban (Sesbania sesban), l'épilobe poilu (Epilobium hirsutum) et le chrysanthème (Chrysanthemum coronarium).

Le Caire

 

  • Des colliers aux Fleurs importées ?

D'autres fleurs, parfois incluses, ont été importées d'Asie mineure ou de Palestine, et comprennent la rose trémière (Alcea ficifolia), le delphinium (Delphinium orientale) et le carthame (Carthamus tinctorius). Les pétales rouges du carthame ont également fourni aux anciens Egyptiens une teinture rouge pour le lin, et de sa graine ils ont extrait une huile fine et comestible.

À partir de la XXe dynastie, les guirlandes de momies comprenaient également les fleurs très parfumées du buisson de henné (Lawsonia inermis), qui provenait à l'origine des régions côtières de l'océan Indien et de l'Afrique de l'Est. Parfois, les guirlandes de momies pouvaient aussi être faites uniquement de feuilles parfumées, comme la menthe (mentha sp.), le céleri sauvage (Apium graveolens) ou l'aneth (Anethum graveolens). Une fois terminées, les guirlandes de momies étaient soit posées sur la momie une fois qu'elle avait été enveloppée, soit sur le cercueil.

 

  • Les couronnes Florales

Couronne de Fleur

 

Très peu de momies ont été retrouvées avec des arrangements en forme de couronne sur la tête. Par exemple, les restes de quelques feuilles ont été retrouvés dans les cheveux d'Amenhotep II, et une petite guirlande florale était autrefois suspendue autour de l'insigne royal sur le premier et deuxième cercueils de Toutankhamon. En fait, certains des derniers Livres des Morts (Livres de la quatrième journée) présentent, pour la première fois, une couronne florale ronde comme symbole du succès du Tribunal des Morts devant Osiris.

 

  • Les Fleurs dans le processus funéraire

 

Fleur de Lys

 


D'autres plantes ont également été utilisées dans le processus funéraire. Par exemple, des feuilles de bulbe d'une variété de Crinum, qui n'est pas indigène à l'Égypte, ont été utilisées pour couvrir les yeux, le nez, la bouche et les incisions de momification d'une momie. Les restes de bulbes de narcisse (Narcissus tazetta) ont été trouvés sur le cou de Ramsès II, et sur la poitrine d'une momie femelle, les bulbes d'un type de lis ont été découverts.

L'Égyptien ne se contentait pas d'orner les morts de couronnes de fleurs, mais dans de nombreux cas, il leur décorer également une partie de l'équipement funéraire. Par exemple, la statuette du défunt dans le tombeau de Kha de la 18e dynastie, ainsi que les statuettes divines et même les cruches qui contenaient de la nourriture et de la boisson dans la tombe de Toutankhamon étaient pourvues de tels arrangements floraux.

  • De nouvelles Fleurs pour les Décorations Florales 

 

Rose


Pendant la période gréco-romaine, les momies ont continué à recevoir des décorations florales, bien que celles-ci étaient généralement fabriquées d'une nouvelle manière et utilisaient fréquemment des plantes plus importées. Dans ces dernières, des fleurs, pétales, étamines ou brindilles individuelles étaient liées en petits bouquets et réunies en couronnes compactes. Parmi les nouveaux types de fleurs, on trouve la rose (Rosa richardii), le lotus indien (Nelumbo nucifera), l'immortelle (Helichrysum stoechas), le lychnis (Lychnis coelirosa), le jasmin (Jasminum sambac) et le petit marjolier (Marjorana hortensis). Parfois, des fleurs artificielles faites de feuilles de cuivre ou de laine colorée étaient également ajoutées à l'arrangement. La base de ces couronnes était très souvent des morceaux de tiges décorées de la laîche Scirpus inclinatus.

 

  • Utilisation des Fleurs 


Les fleurs n'étaient pas seulement utilisées pour orner les momies de l'Égypte ancienne. Par exemple, elles étaient également utilisées pour les grands bouquets de fleurs, ou parfois pour les couronnes en forme de signe ankh qui étaient des offrandes populaires aux dieux. Ces couronnes pouvaient être portées lors du cortège funéraire et placées près de la momie lorsqu'elle était debout devant l'entrée du tombeau.

Panier de Fleur

 

C'est là que le défunt recevait les derniers sacrements avant l'enterrement. Ces arrangements étaient faits avec une section centrale composée de quelques tiges de papyrus avec de grandes ombelles de fleurs. Sur celles-ci, les mêmes fleurs, feuilles et fruits utilisés dans les colliers et les couronnes de momies étaient attachés en cercle, les uns au-dessus des autres. Dans certains cas, la couronne entière est encore entourée d'une vigne convolvulus (Convolvulus arvensis), ou bien des tiges de laitue travaillées.

 

  • Découverte de nouvelles décorations


Dans quelques tombes, des Poteaux fleuris ont été trouvés, notamment dans celles de Toutankhamon, Sennefer, Sennedjem et Kha. Cependant, dans chacune d'entre elles, les arrangements sont constitués de matériaux complètement différents de ceux qui figurent dans les représentations. Ils ne contiennent que les branches feuillues du persea et de l'olivier, quelques feuilles de vigne et les tiges feuillues du mélilot (Melilotus indica). Nous n'avons pas d'explication solide pour les différences entre les représentations et ces trouvailles réelles.

 

  • L'économie autour des Fleurs


Il est évident que les fleurs qui étaient littéralement appelées "senteurs de jardin" ont également été transformées en parfum, mais surtout pendant le Nouvel Empire, elles ont pris une importance économique notable. Par exemple, le papyrus Harris Ier mentionne un grand nombre de bouquets prêts à l'emploi et reliés dans sa liste d'offrandes pour le dieu Amon, ainsi que des cordons de fleurs bleues. Ces articles ont probablement été fabriqués pour que les Égyptiens ordinaires puissent les acheter et les utiliser comme offrandes, et il semble qu'il y ait eu un commerce considérable de ces articles.

Marchand de Fleur

 

À l'époque comme aujourd'hui, les fleurs continuent d'être importantes sur le plan économique en Égypte. Les fleurs continuent d'être, peut-être, un peu plus spéciales pour les Égyptiens que pour les autres. Ils préfèrent les fleurs aux couleurs vives telles que le rouge, le blanc, l'orange et le rose, à utiliser dans les mariages et les fêtes d'anniversaire.

Cependant, les fleurs égyptiennes sont également devenues un article commercial relativement important. Diverses sortes de fleurs et de plantes sont exportées, notamment vers l'Europe, à raison de plus de 600 tonnes par an.

 

  • Les Fleurs d'Egypte à notre époque 


Pour ceux qui visitent l'Égypte, il existe un certain nombre d'endroits où l'on peut trouver une grande variété de fleurs. L'un des sites les plus connus et les plus fréquemment visités est l'île botanique d'Assouan, remarquable par son histoire et sa beauté exceptionnelles. Cette île sert également de centre de recherche, et offre divers sortes de plantes équatoriales et semi-équatoriales, ainsi que des arbres.

Pyramides

 


À Nasr City, non loin de l'aéroport international, le parc international est considéré comme l'un des plus importants de son genre et est certifié par l'Organisation internationale de l'horticulture. Il présente la flore de huit pays, dont la Roumanie, la Grèce, la France, l'Allemagne, le Maroc et l'Arabie Saoudite.

Le Musée agricole égyptien du Caire est l'un des musées floraux les plus importants du monde. Il abrite l'une des plus remarquables collections de fleurs de ce type. Le musée présente l'histoire des fleurs. Compte tenu de son importance indéniable, le musée fait l'objet d'une attention particulière, ce qui lui vaut d'attirer un grand nombre de visiteurs égyptiens et étrangers.



Ainsi, aujourd'hui, les fleurs restent importantes pour les Égyptiens comme elles l'étaient pour leurs ancêtres des cinq derniers millénaires. Il n'est pas nécessaire de visiter les parcs ou les musées spécialisés pour s'en rendre compte, car il semble parfois que des magasins de fleurs parsèment tous les coins du pays.

NB : Cet article ne parle que plante ! Si jamais l'histoire de L'Egypte Antique t'interesse n'hesite pas à faire un tour ici !

← Article précédent Article suivant →